Gala Distinction Desjardins 2018 : la période de mise en candidature est ouverte
12 juin 2018
Communiqué de presse : Dévoilement de la programmation 2018-2019
17 septembre 2018
Tout voir

Travail, vie personnelle et pratiques de gestion : comment les concilier pour optimiser le bien-être psychologique des travailleurs parents et/ou proches-aidants?

Par Stéphanie Austin, Ph.D., professeure en comportement organisationnel

Département de gestion des ressources humaines/Laboratoire de recherche sur les processus motivationnels/Institut de recherche sur les PME.

Université du Québec à Trois-Rivières

 

Les besoins de la main-d’œuvre en pleine mutation

Avec le vieillissement de la population et la formation tardive des familles, un nombre important d’employés se trouvent aujourd’hui dans la génération dite « sandwich ». Cette expression désigne la main-d’œuvre prise entre deux générations : celles de leurs parents et de leurs jeunes enfants. Cumulant aussi des responsabilités professionnelles qui, comme celles de l’ensemble des générations, s’accroissent parallèlement à l’intensification progressive du travail, cette génération vivrait d’importantes difficultés à trouver l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

 

Dans les entreprises canadiennes, entre 20 à 35% des effectifs font partie de cette génération. Dans les régions où la population en âge de travailler décline, ce constat est alarmant pour les PME qui peinent à demeurer compétitives. Située dans l’un des bassins de population les plus vieillissants du Québec, la Mauricie arbore l’un des taux d’exode des jeunes les plus élevés et l’un des taux de natalité les plus faibles. Ainsi, contrairement au reste de la province où la population en âge de travailler s’accroît, celle de la Mauricie décline. On comprend donc les difficultés grandissantes de main-d’œuvre auxquelles se heurtent les organisations de la région. Étant donné ces changements démographiques, la Mauricie compterait un nombre important de proches-aidants pour la plupart actifs sur le marché du travail (CESS, 2013) et qui peinent à concilier les différents aspects de leur vie.

 

L’attractivité par les mesures de conciliation travail-vie personnelle (CTVP)

Il importe donc de penser aux employés de la génération sandwich si l’on veut améliorer la rétention de la main-d’œuvre mauricienne. En plus de freiner le roulement accru du personnel qualifié, ajouter des mesures de CTVP rehaussant la flexibilité au travail contribuerait avantageusement à leur bien-être psychologique. Elles limiteraient le débordement que peut avoir la vie personnelle sur le travail (et vice-versa) et ce, tout en favorisant leur satisfaction et leur engagement, de même que leur ardeur au travail. Plus encore, ce type de mesures permettrait d’attirer des recrues de la nouvelle génération pour qui la flexibilité en matière de gestion de temps et des lieux de travail est déterminante de leur choix d’employeur.

 

Emboîter le pas vers une démarche de CTVP

Mais comme PME ou grande entreprise, par où doit-on débuter? Quelle(s) mesure(s) devrait-on déployer pour attirer de nouvelles recrues et leur famille dans les entreprises de la région? Est-ce que les employés ont des attentes en matière de CTVP? Ou bien, pour les organisations ayant déjà enclenché une démarche de CTVP, est-ce que leur main-d’œuvre connait, apprécie et utilise les mesures en place? Plus important encore, est-ce que les mesures mises de l’avant dans les organisations sont perçues comme étant réellement accessibles?

 

Une importante étude sur la CTVP dans la région de la Mauricie vous offre de répondre à ces questions, et ce, tout à fait gratuitement! En collaboration avec Emploi Québec et la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières (chargé de projet : Michaël Lépine; www.ctvp.ca), cette étude est menée par la professeure-chercheure Stéphanie Austin, Ph.D. dans le cadre d’un projet financé par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH). Elle offre aux organisations sur le vaste territoire de la Mauricie et du Centre-du-Québec la chance de co-développer un outil de mesure sur la CTVP, le bien-être et la performance des employés. Ce co-développement nous permettra de recueillir des données qui reflètent la réalité des PME participantes. Au terme de l’étude, un rapport diagnostic sera offert gratuitement en guise de remerciement pour la participation à l’étude. Les connaissances développées visent à aider les dirigeants à saisir la portée des mesures implantées, ainsi que les conditions de leur pleine efficacité.

 

Pour plus d’informations sur la CTVP ou pour participer à l’étude :

Les employeurs désireux d’entreprendre une démarche de réflexion sur leurs mesures de CTVP et les pratiques de gestion de leurs gestionnaires peuvent en faire la demande à l’adresse suivante : stephanie.austin@uqtr.ca (objet : Étude CTVP), ou par téléphone au Laboratoire interdisciplinaire sur les processus motivationnels (tél. 819 376-5011 poste 3141). Nous communiquerons alors avec vous pour discuter des spécificités de l’étude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *