À l’aube du transport intelligent au Québec
28 mars 2017
Une microbrasserie qui devient “intelligente ” à Shawinigan
2 avril 2017
Tout voir

Biographie Pauline B Allard

Texte par Josette Allard-Gignac

Née à Sainte-Thècle, le 16 janvier 1926, Pauline Bellemare vit la majorité de son enfance à Grand-Mère.  Elle se marie avec Jacques Allard en 1950.  En ce temps, Jacques travaillait à la Grand-Mère Shoes et Pauline à la Grand-Mère Knitting.   En 1954, ils ouvrent leur premier magasin de tissus à la verge à Grand-Mère, sur la 6e Avenue. Pauline et Jacques habitent dans un tout petit logement au-dessus de ce premier  commerce où naît leur premier enfant.

Dans les années 1960, l’économie du Québec est en pleine évolution et les affaires prospèrent activement dans plusieurs secteurs commerciaux.  En Mauricie, nous assistons à une hausse de l’économie locale grâce, entre autres, à l’effervescence des grandes industries implantées. Jacques et Pauline profitent de cette occasion pour ouvrir d’autres succursales. Un deuxième commerce prend naissance à Grand-Mère et un troisième dans la même municipalité.

Dans les années qui suivent, huit autres magasins auront pignon sur rue toujours dans le domaine du tissu à la verge, de la draperie et de la décoration intérieure : soit deux à Shawinigan sur la 5e Rue, deux à Trois-Rivières sur le Boulevard Royal, un au centre d’achat Les Rivières, un sur la rue Fusey au Cap- de- la -Madeleine, un  sur la rue St-Joseph à La Tuque et un à Laval sur le boulevard des Laurentides.  Jacques Allard Inc. devient donc un incontournable dans le commerce de détail spécialisé du tissu à la verge et de la draperie. À cette époque, les femmes à la maison fabriquaient les vêtements pour la famille tandis que madame Allard se taillait une solide réputation d’experte dans le domaine.

De plus, voulant diversifier leurs produits pour répondre à la demande des consommateurs, quatre boutiques de confection pour dames s’établissent à Shawinigan, Grand-Mère et La Tuque, sur le nom de Boutique Allard.  Deux d’entre elles se situent sur la 5e Rue à Shawinigan, une sur la 6e Avenue à Grand-Mère et la dernière sur la rue St-Joseph à La Tuque portant le tout à quinze succursales de commerces de détail.

En 1973, Jacques Allard décède subitement à 53 ans laissant sa conjointe Pauline, gérer seule les quinze commerces totalisant plus de 60 employés. Disons que madame Allard a su, avec courage et force,  diriger au jour le jour tout son personnel et a continué d’administrer les affaires selon les règles de l’art.  Il ne faut pas oublier qu’à cette époque, la plupart des femmes étaient au foyer.   Cette grande dame devient alors un modèle précurseur de la conciliation travail-famille. Retenons aussi que cette mère-entrepreneure devait veiller à l’éducation de ces quatre jeunes filles âgées de neuf à dix-huit ans. Exploit que cette femme de tête et passionnée par son travail a su relever haut la main. De plus, madame Pauline B. Allard continue certes à opérer ses commerces de détail pendant 25 ans, mais elle fait aussi l’acquisition de trois édifices sur la 5e Rue à Shawinigan dont celui du grand magasin Hébert.

Après une vie bien remplie où elle a su se réaliser pleinement grâce à son travail et à sa famille, madame Pauline B. Allard, pionnière en tant que femme de carrière,  prend sa retraite bien méritée à l’âge de 70 ans.  Ses 43 ans de vie active sur le marché des affaires comme gestionnaire de Jacques Allard inc. et de  Boutique Allard ont forgé sa solide réputation dans le monde des affaires.

Comments are closed.